HISTORIQUE
de l'AS du Centre au TFC
2001
2002
2003
de l'AS du Centre au Tours Football Club

LA DESCENTE AUX ENFERS De retour en D2, l'équipe ne brille plus comme les saisons précédentes, seul un quart de finale de Coupe de France contre Bordeaux viendra sortir le club de sa torpeur. 9èmes en 86, 7èmes en 87, les Tourangeaux abordent la saison 1988 avec le ferme espoir de renouer avec la D1. Hélas, le résultat de la saison est totalement inverse aux espérances et c'est une chute en D3 qui clôt un exercice catastrophique. Le FCT n'y fera pas de vieux os, un important effort financier lui permettra d'entrée de remonter. Si le club retrouve rapidement la D2, son équilibre financier est de plus en plus précaire. Les résultats sportifs sont décevants et le FCT sombre peu à peu dans la grisaille, jusqu'en juin 1993 où au vu du bilan présenté (déficit estimé à 5,5 millions d'euro), la DNCG retire le statut professionnel au club et lui fait subir une double rétrogradation.

saisons division Coupe de France
1985 - 86 D2 quarts de finale
1986 - 87 8èmes
1987 - 88 32èmes
1988 - 89 D3 tours prél.
1989 - 90 D2 32èmes
1990 - 91 8èmes
1991 - 92 tours prél.
1992 - 93
1993 - 94 National 2
1994 - 95
1995 - 96
1996 - 97
1997 - 98 National
1998 - 99 CFA
99 - 2000 32èmes
2000 - 01 tours prél.
2001 - 02 32èmes
2002 - 03
2003 - 04 National tours prél.
LE TOURS FC Retombé au quatrième niveau national, les dirigeants doivent batailler pour sauver le club. En vain, en décembre 1993 le FCT dépose le bilan, sa mort est proche. Sauvé in extremis, il devient le Tours Football Club, un club qui ne doit plus compter que sur lui-même pour sortir la tête hors de l'eau. Après deux saisons difficiles en bas de tableau de National 2, les ambitions renaissent en 1996 avec une bonne 5ème place. La saison suivante, le groupe est dominé par les réserves de Lyon et de Nantes mais le TFC s'accroche à leurs basques pour obtenir assez facilement le droit d'intégrer le tout nouveau National open. Une saison 1997-98 que l'on espérait celle du renouveau, 8èmes à la fin de
l'exercice, les Tourangeaux ne pensaient pas vivre une intersaison aussi agitée. La DNCG décide plus ou moins arbitrairement de reléguer une nouvelle fois le club, finances de nouveau déficientes à leurs yeux. S'ensuit un véritable bras de fer juridique entre les instances nationales et les nouveaux dirigeants, ceux-ci refusant de payer les pots cassés de leurs prédécesseurs. Mais rien n'y fait, la saison 1998-99 redémarre avec un National où il n'y a que 19 clubs et un TFC en CFA continuant à se battre pour être réintégré à l'échelon supérieur. Devant se déplacer à Plabennec pour la 1ère journée de championnat, les Bleus ne se présentent pas. La deuxième journée arrivant dans la foulée, le club, pour éviter un forfait général et sa mort définitive, envoie pour affronter la réserve de l'En-Avant Guingamp une équipe de jeunes. Si le résultat est catastrophique (17-0), le principal est préservé. Dans cette histoire la Fédération reste la plus forte qu'elle ait raison ou non, le Tours FC restera en CFA. Après une saison 1999 très agitée, le club se présente pour l'année 2000 avec des ambitions limitées au maintien. Mais comme décidément rien ne se passe au TFC comme ailleurs, les Bleus se battront une grande partie de la saison pour réintégrer le National. Il ne faudra que des décisions fédérales sur tapis vert et M. Grelier, arbitre de Brest-Tours et expulseur de 4 Tourangeaux dans les 10 dernières minutes de la rencontre, pour empêcher le club de monter au profit de Brest justement. La saison 2001 aurait pu rattraper cette déception, mais la priorité du club à finir de rembourser sa dette limite les possibilités de l'équipe. En 2002 , enfin libéré de ses problèmes financiers, le club retrouve de l'ambition, malheureusement les blessures graves de trois titulaires (Louit et Correia absents jusqu'en janvier et Éric Liri pendant plus de deux mois) et les suspensions (notamment celle de Bantiti pour six matches) ruinent les espoirs d'accession du club dès les premières journées. 2003 voit le renouveau d'un TFC performant. Après un début de saison hésitant les Bleus trouvent vite leur carburation avec une série de 13 matches sans défaite en championnat auxquels il faut ajouter leurs 6 tours de coupe de France avec à la clé une nouvelle élimination aux tirs au but. Du coup les hommes d'Albert Falette font la course en tête pendant toute la seconde partie de la saison mais ne peuvent résister au retour de Libourne-Saint-Seurin qui les coiffe sur le poteau pour la montée directe en National. On croit le club reparti pour un nouveau bail en CFA mais la DNCG fait parler d'elle en rétrogradant Martigues et en interdisant la montée au Racing Paris et à Saint-Priest et comme Alès dans le même temps dépose son bilan, c'est Tours qui est le dernier repêché pour participer au National qu'il croyait avoir perdu un mois avant.

AUJOURD'HUI Avec son repreneur arrivé en cours de saison et avec des finances (définitivement ?) assainies, les Bleus se présentent au troisième niveau national avec une ambition retrouvée.

RETOUR

site non-officiel du Tours Football Club création juin 2000