fermer le site
SAMEDI 11 JANVIER 2003
32èmes de finale de coupe de France
TOURS FC
0
0
ANGOULÊME
(2-4 aux tirs au but)
6000 spectateurs arbitrage de M. Chéron
SOUMAH (55')
ABDOULAYE (82')
CLÉMENT (120')
LIRI (99')
 

Comme la saison dernière face à Guingamp, ce 32e de finale de Coupe de France se sera joué sur un terrain gelé très difficile et comme la saison dernière le TFC se sera fait floué d'une aventure plus importante dans cette même coupe. En effet sur les 120 minutes de match jamais Angoulême n'aura été dangereux, pas le moindre tir digne de ce nom de la part des pensionnaire du National. A voir évoluer cette formation on peut nourrir de sérieux espoirs en l'avenir des Bleus. Si Angoulême montra une jolie maitrise en première mi-temps, il faut bien avouer qu'elle fut des plus stériles et qu'Armand Raimbault était réduit à faire des échauffements pour ne pas geler sur place. Liri tenait Fabien si bien que l'ancien buteur du TFC passa inaperçu tout le long du match. Bassinat égal à lui-même ne laissa rien au hasard et comme Soumah semblait surmotivé de retrouver son ancien club, la défense tourangelle montra une fois de plus ses superbes capacités (cinquième match sans prendre le moindre but). Bref si dans un premier temps le TFC se contentait de gérer leur adversaire, les habitués de la Vallée du Cher savaient, eux, que les Bleus tournent au diesel et que plus le temps passe plus les Tourangeaux font souffrir l'équipe adverse. Et comme prévu, de retour des vestiaires, les Bleus prirent les choses franchement en main. Maufroy en pivot se mit à distribuer des ballons à ses partenaires et les Charentais à concéder les corners. C'est d'ailleurs sur l'un d'eux que se passa le premier événement notable du match. M. Chéron refusa le but de Soumah pour un tampon sur le gardien Lucas (73'). Étonnant, l'Angoumoisin avait plutôt l'air de s'être joliment troué sur le fait. L'action mit dans l'esprit des Tourangeaux comme un sentiment de révolte et le dernier quart d'heure sera totalement à l'avantage des Bleus. Durosier eut le mauvais goût de repousser par deux fois les tentatives de Louit sur sa ligne (76'), Mienniel ne trouva que la transversale sur une habile déviation (77') et comme Lucas était en état de grâce, Minoungou ne pût donner un juste avantage aux siens (86' et 90'). Encore une fois il faudra jouer la prolongation. Une prolongation qui changea le combat après l'expulsion de Liri (99') sur une second carton. M. Chéron faisant cruellement preuve de manque de clairvoyance sur le coup, le pied haut du défenseur tourangeau étant sur le ballon et aucunement en direction du joueur adverse (malgré la grand scène du 2 qu'il nous jouera). Bref réduits à 10 les Bleus gèreront du mieux qu'ils pourront le reste du match pour en arriver à la séance fatidique des tirs au but. Là Lucas déjà sollicité dans le match partait avec un avantage certain sur Raimbault qui ne vit que rarement le ballon. Ce qu'il devait arriver arriva, Lucas stoppa superbement la tentative de Bassinat puis celle de Bouhazama pour mettre les siens sur les rails. Angoulême ira en 16e mais par la plus petite des portes. Sans avoir inquiéter les Tourangeaux, sans avoir montrer quoi que ce soit. Une nouvelle déconvenue en Coupe qu'il faudra faire oublier en championnat avec une montée en National.

Tirs au but : Bassinat (0), Bouhazama (0), Kinkela (+), Mienniel (+) pour Tours ; Forest (+), Massolin (+), Rabas (0), Clément (+), Tronche (+) pour Angoulême

TOURS FC Raimbault, Bassinat, Louit, Liri, Soumah, Bouhazama, Mienniel, Kinkela, Maufroy, Ruiz (puis Ito, 107'), Chevalme (puis Minoungou, 46'). Scaini, Zahrawi, Schmitt.
ANGOULÊME Lucas, Aboulaye, Puymirail, Forest, Massolin, Gaborit, Durosier (puis Cissé, 85'), Tronche, Fabien (puis Clément, 110'), Giublesi, Rabas. Kante, Bourmaud, Joinel.