fermer le site
DIMANCHE 24 NOVEMBRE 20021
7ème tour de coupe de France
TOURS FC
3
3
SAINT-LOUISIENNE

(4-3 aux tirs au but)

4000 spectateurs arbitrage de M. Lhermite
MAUFROY (18')
ZAHRAWI (38')
RUIZ (105')
MOSA (49')
MOSA (84')
VISNELDA (109')
BOUHAZAMA (35')
SOUMAH (69')
GADO (50')
AUDEMAR (53')
BOUCHER (57')
GRONDIN (75')
RAIMBAULT (72')
LATOUR (113')

Quel match ! Les 4000 spectateurs de la Vallée du Cher n'ont rien à regretter, ils en ont eu pour leur argent et ont assisté à une rencontre de légende. Le TFC fut grand. Très grand. Si depuis le début de saison ses supporters se posaient des questions sur les possibilités réelles de cette équipe, la réponse est venue du terrain dimanche en fin d'après-midi. Plus qu'une équipe, c'est un groupe qui est né dans l'adversité. Retour sur près de trois heures de suspens avec du rire et des larmes. La première mi-temps est toute entière acquise aux Tourangeaux qui étouffent les vélléités réunionaises notamment avec un Mienniel au marquage exclusif du géant Boucher, un Soumah sur tous les fronts de la récupération et un Bassinat à la manSuvre en défense. Bref, Saint-Louis ne peut guère inquiéter Raimbault qui jusque là passe un après-midi tranquille. C'est donc logiquement que Tours prend rapidement l'avantage par une belle volée de Maufroy (18') et double même le score par Zahrawi qui profite du bon travail de pressing de Maufroy (28'). 2-0, les Bleus (pour une fois en blanc) peuvent attendre sereinement le second acte. Que nenni ! Grâce à Mosa, la Saint-Louisienne revient dans le match sur coup franc (49'). Un but qui a le don de réveiller totalement les Réunionais et de mettre dans l'embarras leurs adversaires. Un embarras qu'ils auraient pu éviter si Zahrawi après avoir bien fixé Gorée avait trouvé autre chose que le montant (57') et si Maufroy ne voyait lui aussi son tir finir sur le poteau (72'). Cette dernière action ayant une conséquence catastrophique pour l'équipe locale. Sur le contre Raimbault est contraint à la faute en dehors de sa surface. Une expulsion logique s'ensuit avec un remplacement de circonstance de Zahrawi par Schmitt. Le gardien remplaçant entrant d'entrée dans le match en détournant bien le coup franc (74'). Réduits à 10, les joueurs d'Albert Falette concédent l'égalisation à Mosa (85'). Pire, Mienniel est victime d'un choc terrible et doit quitter ses partenaires sur une civière (entorse cervicale et vertèbre fracturée). A 9 contre 11 on ne voit vraiment pas comment le TFC pourra se sortir d'une prolongation qui ressemble déjà au chant du cygne pour le Bleus. Mais c'était sans compter sur l'improvisation tactique d'Albert Falette qui repositionne Bassinat en milieu et charge Liri et Soumah de tenir les attaquants adversaires. Un coup de poker payant puisqu'à la surprise générale, ce sont les Bleus qui reprennent l'avantage grâce à un coup franc vicieux de Ruiz (105'). L'exploit n'est pas loin, mais encore trop pour des Tourangeaux qui se battent sur tous les ballons et laissent un minimum d'espaces à leurs adversaires. Visnelda crucifie les Bleus et leurs supporters en égalisant (109'). Ne reste que les tirs au but pour départager les deux équipes. Boucher enlève trop son tir, Bassinat, Chevalme, Ruiz et Kinkela ne laissent aucune chance à Gorée, ne reste à Schmitt qu'à arrêter le tir d'Andichy. La Vallée du Cher s'est découvert 9 héros qui se seront battus jusqu'au bout et même au delà avec des mentions pour Bassinat, Soumah et Liri qui auront été énormes sur ce match. Il n'y a aucune raison pour que ce groupe ne fasse pas de grandes choses que ce soit en Coupe ou en championnat.

Tirs au but : Bassinat (X), Chevalme (X), Ruiz (X), Kinkela (X) pour Tours ; Boucher (O), Audemar (X), Grondin (X), Mosa (X), Andichy (O)

TOURS FC Raimbault, Bassinat, Louit (puis Bantiti, 68'), Liri, Soumah, Bouhazama, Mienniel, Kinkela, Maufroy (puis Chevalme, 83'), Ruiz, Zahrawi (puis Schmitt, 72'). Sylla, Scaini
SAINT-LOUISIENNE Gorée, Grondin, Ajorque, Sellambarom (puis Latour, 80'), Audemar, Equerre, Gado (puis Visnelda, 73'), Trules (puis Mounoussamy, 46'), Mosa, Boucher, Andichy. Gourville, Castel.