fermer le site
SAMEDI 15 DÉCEMBRE 2001
32èmes de finale de coupe de France
TOURS FC
2
2
GUINGAMP
(1-4 aux tirs au but)
8200 spectateurs arbitrage de M. Lannoy
LESTIN (20')
A. LIRI (101')
BARDON (3')
BOURDEAU (110')
 
MALOUDA (63')
HERVÉ (85')
BARDON (103')

Stéphane Gougé avait promis "onze morts de faim" sur le terrain. Ils furent tous là, appuyés pour l'occasion de 8.000 supporters. Dès le coup d'envoi le TFC afficha ses ambitions en prenant possession du terrain guingampais, les hommes d'Albert Falette s'imposent dans les duels et laissent augurer une soirée d'enfer pour les pensionnaires de D1. Pourtant c'est sur sa première attaque que l'En Avant ouvre le score d'une superbe frappe croisée de Bardon qui trompe Raimbault (3'). Un coup du sort qui aurait pu être fatal aux Bleus. Mais non, menés par un Vahirua qui bonifie tout ce qu'il touche, un Alain Liri intenable, un Thomas Mienniel "monstrueux", les Tourangeaux secouent fortement le cocotier breton. A tel point qu'il ne tînt pas plus du quart d'heure face à la fougue locale, Alain Liri lance superbement Lestin qui frappe une première fois sur le gardien qui repousse mais se rend complice involontairement de la seconde frappe de l'avant-centre pour faire entrer le ballon dans ses filets (20'). A 1-1, le TFC ne laisse pas pour autant respirer leur adversaire. Pas question pour les Guingampais de s'exprimer de quelque manière que ce soit ! ou plutôt si, une fois grâce à Guivarch stoppé in extremis. De plus à la demi-heure, l'équipe de Guy Lacombe se voit amputée de son avant-centre blessé. Au retour des vestiaires le jeu s'équilibre en milieu de terrain mais les Bretons ne reprennent pas pour autant la maitrise du jeu. Il faut la sortie de Vahirua sur blessure (69') pour que le TFC, perdant son mentor, recule un peu. Pourtant dès son entrée en jeu son remplaçant, Julien Païotti, a le second but dans les pieds mais voit son tir repoussé sur sa ligne par Bourdeau (73'). Le match se réhausse alors d'un ton puisque dans la foulée un tacle de Bassinat sur Fiorèse dans la surface tourangelle fait croire à tout le monde au penalty (74') sauf pour l'arbitre, idéalement placé, et les spectateurs les mieux placés qui n'auront vu dans la chute de l'attaquant que le résultat d'un sol gelé où les appuis sont inexistants. On s'en va alors tranquillement vers une prolongation quand survient le premier incident du match. Sur un coup franc superbement exécuté par Gougé, Soumah s'extrait d'un amas de joueur pour aller tromper Gnanhouan (83'), 2-1 pour le TFC ? que nenni ! L'arbitre annule le but pour une faute préalable d'Eric Liri sur Bourdeau, pas franchement évidente. Bref la prolongation est là et ça rappelle des souvenirs aux Tourangeaux déjà présents contre Lyon... Des Tourangeaux remontaient comme des pendules et reprenant le jeu à son compte face à des Guingampais voyant se refermer sur eux le piège de la Vallée du Cher. Un premier tir de Mienniel superbement repoussé par Gnanhouan (100') et Stéphane Lestin rend la politesse du premier but à Alain Liri en le lançant dans le dos de la défense pour aller tromper l'infortuné gardien breton (101'), TFC : 2, EAG : 1 ! Les Bleus étaient superbes, les Rouges la tête dans le sac, la qualification glissait doucement côté tourangeau... avant que Bardon (seul Guingampais digne de son rang en cette soirée) ne serve la tête de Bourdeau pour égaliser (110'). 2-2, difficile d'éviter la séance de tirs au but dorénavant. Difficile mais pas impossible, la preuve, dans un premier temps Malouda est tout prêt d'offrir la victoire à son camp mais Raimbault se montre magnifique dès qu'il en a l'occasion (116'). La suite deviendra à la fois tragique et rocambolesque. Lestin s'arrache face à Bourdeau qui perd ses appuis et tombe, se présente devant Gnanhouan et le trompe d'un petit lob ajusté (118'). But validé par l'arbitre dans un premier temps... puis refusé dans un second après l'intervention des Guingampais sur l'arbitre-assistant qui aurait signalé une faute de l'attaquant tourangeau avant de se raviser. Bizarre, vous avez dit bizarre ? Fred Bassinat pose ensuite réclamation pour les faits incriminés. Une réclamation qui aura bien peu de chance d'aboutir, on voit mal une commission déjuger un arbitre sur ce genre d'action. Quoi qu'il en soit ce sont les tirs au but qui devront départager les deux équipes. Des tirs au but où les Bretons ne laissent aucune chance aux Tourangeaux désabusés par la perte de leur rêve. Baret, Hervé, Guyot trompent Raimbault sans coup férir pendant que dans le même temps Ito trouve le poteau, Gougé maintient l'espoir et que Bassinat frappe au-dessus de la transversale. Ne reste plus à Fiorèse qu'à propulser Guingamp en 16ème, chose qui fut faite. La D1 passait sans gloire dans un match où ils n'auront rien montré, où ils furent souvent ballotés par des joueurs évoluant trois divisions sous la leur. « Ce soir, la D1, c'était nous ! » diront après match Albert Falette et Stéphane Gougé, dégoûtés du scénario qu'on leur avait imposé.

Tirs au but :Ito (O), Gougé (X), Bassinat (O) pour Tours ; Bardon (X), Hervé (X), Guyot (X), Fiorèse (X).

TOURS FC Raimbault, Bassinat, E. Liri, Yenga, Mienniel, Soumah, Gougé, Ito, Lestin, Vahirua (Paiotti, 69'), A. Liri. Bejaoui, Sinate, Lejeune, Camara.
GUINGAMP Gnanhouan, Bourdeau, Guillaume, Guyot, Fournier, Michel (Hervé, 65'), Guivarch (Bourhami, 29') (Saci, 90'), Baret, Bardon, Malouda, Fiorèse. Colleau, Gauclin.